Skip to content

Définissons la liberté: Sur quelles bases, j’ai souhaité bâtir une idée politique

21 avril 2012

La liberté est définie par l’académie comme étant:

Le Pouvoir d’exercer sa volonté ou d’opérer des choix. Liberté naturelle, pouvoir que l’homme a naturellement d’employer ses facultés à faire ce qu’il regarde comme devant lui être utile ou agréable

Je n’aime pas cette définition, car Tuer est alors possible dans le cadre du droit naturel. Selon moi, la liberté, par sa nature, définit les limites du droit. Ainsi, commettre un meurtre, un vol ou une tromperie ne peut pas être un acte libre, in extenso, un acte réalisé en appliquant la définition de la liberté. Pour cela, il nous faut restreindre les champs d’action de la définition précédente à ce qui est en notre possession, notre propriété. Ainsi, je définirai plutôt la liberté comme étant:

La capacité d’action selon son gré sur sa propriété.

Cette définition est succincte, claire et concise. Elle s’applique à la propriété, et implique que le vol est une action commise sans l’agrément de la propriété, sinon c’est un don, de même pour le meurtre qui s’applique lui au cas particulier du corps et de la vie de la personne. La tromperie concerne une altération de la capacité d’action, due à une falsification d’information, et est bien une atteinte à la liberté.

L’utilisation de mots simples évite d’avoir à les définir tous. En effet, la capacité d’action et le gré sont transparents dans leur définition. La propriété mérite d’être définie, car son sens a été galvaudé par un grand nombre d’utilisation subversive. L’académie Française définit la propriété comme:

Droit par lequel un bien, une chose appartient en propre à quelqu’un, qui peut en jouir et en disposer de la manière la plus absolue, dans les limites établies par la loi ou par les règlements

Je propose d’altérer cette définition comme suit:

Droit par lequel un bien appartient en propre à quelqu’un, qui peut en jouir et en disposer comme il le souhaite

Les limites d’usages sont en effet établies par la définition même de la liberté, inutile d’être redondant, au risque de faire perdre son sens à ce message. Vous pourrez noter au passage que la Propriété exige un bien, qui est un objet tangible.

En conclusion, voilà sur quelles base, je bâti mon idée politique:

Liberté: La capacité d’action selon son gré sur sa propriété

PropriétéDroit par lequel un bien appartient en propre à quelqu’un, qui peut en jouir et en disposer comme il le souhaite

Ainsi, il n’existe que trois modes d’acquisition libre de propriété:

  • Création: qui consiste en la transformation de plusieurs biens en un autre, à l’image de l’écriture
  • Echange: acquisition par échange de gré à gré (le don est une forme d’échange)
  • Découverte: acquisition d’un bien à l’abandon ou sans propriétaire manifeste (île déserte, journal jeté à terre, …)

Pour bien comprendre, ce que j’ai voulu exprimer précédemment, j’applique ces définitions à l’emploi:

Un employé rédigeant un rapport crée un rapport dont il aura la propriété (Création), avec du matériel que son employeur lui fournit gracieusement (selon son gré), et qu’il échange à ce même employeur contre une rémunération (le salaire).

J’attends vos commentaires sur cette définition de la liberté et comment l’améliorer. Merci.

From → Philosophy

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :