Skip to content

Pourquoi préférer une gestion locale à une gestion globale?

28 avril 2012

Régulièrement pour une quantité de problèmes qu’ils soient de type politique, gestion de collectivité, d’entreprise, se pose la question de l’échelle où doit se positionner la gestion et de la taille de l’administration concernée. Je vais ici tenter de répondre à cette question.

Tout d’abord, nous essayerons de définir quelles sont les caractéristiques d’une bonne gestion. Pour ce faire, nous prendrons l’exemple d’un individu lambda, c’est-à-dire vous et moi, d’ailleurs plus vous que moi. Pour vous nourrir, vous allez acheter vos victuailles chez divers marchands, le supermarché, le boucher, le boulanger et le marchand de surgelé par exemple (cette liste n’est pas exhaustive).

Nous remarquerons que d’aucun ne crée l’ensemble de ses victuailles. La société s’est en effet développé sur le concept de discrétisation des efforts, ainsi pour partir du champs jusqu’à l’arrivée dans assiettes, le pain est passé par l’agriculteur, le moulin et le boulanger au minimum. Cette manière permet de diminuer le coût de l’objet final et donc le prix d’achat.

Nous noterons d’autre part, que l’ensemble des marchands, chez lesquels nous faisons nos emplettes sont de tailles diverses et variées et qu’en conséquence, même pour le commerce de détails, il n’existe pas une taille pré-définie qui assure l’échec ou le succès de la gestion associée.

Quelles sont alors les caractéristiques communes de ces divers marchands et comment pourrions-nous généraliser ces éléments afin de déterminer la taille optimale de gestion, si tant est qu’elle existe?

La gestion se doit d’être suffisamment élargie pour assurer des performances intéressantes et rentables au niveau de la société. Ainsi pour reprendre l’exemple du boulanger, il serait peu intéressant pour un artisan de sous-traiter la vente de ses produits à une autre entreprise, car le coût (financier, complexité et temps) de la gestion de l’acte de sous-traitance est sûrement plus important que celui des salariés en direct. En conséquence, l’artisan, même si son corps de métier est la fabrication de baguettes et pains, garde, en général, la vente de ses produits dans le giron de son entreprise.

Mais, la gestion se doit d’être suffisamment locale pour ne pas déconnecter le gestionnaire de son client, comme cela se produit avec certaines collectivités, et diminuer la possibilité de passager clandestin, à l’image de l’individu incompétent qui « se dissimule » dans les replis de l’administration.

En conclusion, optimiser sa gestion implique de réduire/agrandir la taille de gestion en surveillant la performance à l’échelle de l’entreprise/collectivité afin de parvenir à l’optimum. En effet, choisir une gestion globale entre une locale n’est pas une fin en soi,  mais bien un moyen d’être performant.

From → Methodology

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :